Zoom sur la fauconnerie - les accessoires (suite)

vendredi 17 novembre 2017, 14h00

Chaperons d'apparat

Le chaperon

Après avoir évoqué le gant, accessoire indispensable au fauconnier, attardons nous sur le chaperon, utilisé pour l'oiseau.

Réalisé en cuir et fait sur mesure, cette coiffe recouvre la tête du rapace et permet ainsi d'aveugler l'oiseau et de le calmer. Le chaperon doit être confortable pour ne pas blesser l'oiseau, mais suffisamment rigide pour ne pas se déformer.

Il existe deux sortes de chaperons :

  • Le chaperon de rust : fabriqué en cuir lâche, il est utilisé pour les oiseaux venant d'être capturés. Sans ornementations, ce chaperon est muni d'ouvertures assez larges permettant ainsi à l'oiseau de manger et de rejeter sa pelote.
  • Le chaperon d'apparat ou à cornette : plus travaillé que le précédent, il peut être parfois très ouvragés (peints, dorés...) et est orné d'un panache appelé la cornette (en plumes, en cuir...). Cette cornette permet au fauconnier de se saisir du chaperon

La vue étant le sens le plus développé chez les rapaces diurnes ( un faucon peut discerner un objet de 2 mm à une hauteur de 18 m ), s'il est privé de toutes stimulations visuelles, l'oiseau se tranquillise et ne se débat donc plus.

L'introduction du chaperon en Occident est attribuée à Frédéric II de Hohenstaufen. Son utilisation se substitue peu à peu au cillage :  technique primitive consistant à coudre la paupière inférieure d'un faucon et à la relever en nouant les fils par dessus la tête.